AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une arrivée inusitée (PV Hayden, Aleksander, Hilary)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Christina O'Farrell
Slytherin 5ème année
Slytherin 5ème année
avatar

Age : 21
Rôle au sein de l'école : Préfet de Slytherin
Messages : 29
Date d'inscription : 18/12/2011

Carnet Étudiant
Année scolaire:
Relations:

MessageSujet: Une arrivée inusitée (PV Hayden, Aleksander, Hilary)   Jeu 22 Déc - 6:47

Elle était en retard. Toute cette histoire de rentrée commençait sérieusement à lui taper sur les nerfs. Elle avait dû assister à cette réunion dans le train et par conséquent elle était si nerveuse qu'elle ne trouvait plus son chapeau à la sortie du train. Tout cela pour dire qu'elle était en retard. Et cette pluie qui n'en finissait pas de tomber... Des jours comme ça, la vie est juste énervante. Elle courait, donc, sous la pluie, essayant de mettre son stupide chapeau.

« C'est con... c'est con... C'est tellement con » se répétait sans cesse la jeune sorcière alors qu'elle courrait vers les dernières calèches.

La première était occupée par des jeunes élèves de Hufflepuff qui éclatèrent de rire devant l'air abattu de Christina, ce qui acheva de la mettre dans une belle colère. Elle avait toutes les misères du monde à supporter les plus jeunes, particulièrement ceux de cette maison et ils lui riaient dans la figure? Pour qui ils se prenaient ces jeunes imbéciles? Elle replaça sa cape et son chapeau dans un vain effort pour garder quelques centimètres de son uniforme sec et avança vers la prochaine calèche. Celle la n'était pas pleine, mais deux jeunes filles toute en rose et riant comme les pré adolescentes qu'elles étaient occupait l'un des bancs et elle n'allait pas se mettre à faire la conversation avec ce genre de filles. Elle s'éloigna donc avec un espoir fondant comment neige au soleil vers la dernière calèche et y entra sans regarder qui l'occupait.

« Comme ça, j'aurai pas le temps de me décourager des gens au moins... »

Elle se retourna donc avec appréhension pour rencontrer le regard amical d'une Slytherin d'un an plus avancé qu'elle. La jeune sorcière poussa un soupir emplie de soulagement en saluant Hayden et se retourna. En une fraction de secondes son soulagement fit place à un sentiment d'une incroyable amertume. Un Griffondor. Et pas n'importe lequel non plus, un de ceux qu'elle connaît. Et non seulement elle le connaît, mais Hayden aussi et celle-ci le déteste. Le seul hic, c'est qu'ils sont en trêve de guerre elle et lui depuis un moment pour le bien de... Hey bien il manquait plus que ça. Pour le bien d'Hillary, assit juste à côté du Griffi en question.

« Putain.. Je sens que ce chemin va être long... » se dit elle en secouant son chapeau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden A. Kelsey
Slytherin 6ème année
Slytherin 6ème année
avatar

Age : 22
Maison : Slytherin
Rôle au sein de l'école : Capitaine & Batteuse dans l'équipe de Quidditch de Slytherin.
Messages : 37
Date d'inscription : 15/12/2011

Carnet Étudiant
Année scolaire: 6ème année
Relations:

MessageSujet: Re: Une arrivée inusitée (PV Hayden, Aleksander, Hilary)   Ven 23 Déc - 21:47

    Hayden avait préparé avec hâte ses valises pour son retour à Hogwart. Elle avait tellement attendu en plus ! Les vacances avaient été longues et pénibles et elle avait hâte de se débarrasser de la surveillance constante de son père. La sang-pure avait été heureuse de monté enfin dans le train qui la guiderait vers la liberté, momentanément, pour une autre année. Seize ans, toutes ses dents, elle rentrait en sixième année, ayant réussis avec succès ses BUSE de l’année dernière. Il n’y avait une seule chose qui l’empêchait de se réjouir complètement de cette rentrée tant attendue. Mais mieux ne valait pas trop y penser, peut-être était-il mort pendant l’été ? Nouvelle année, elle était devenue capitaine de l’équipe de Quidditch, étant donner que le précédent avait compléter ses années de scolarités. De nouvelles charges, mais elle saurait s’en occuper. En plus, elle n’aurait pu à être diriger par un simple mudblood, qui, depuis le début, l’horripilait totalement. Maintenant, c’était elle qui prendrait les décisions, ce qui était franchement mieux. Les sang-purs se doivent de dominés, c’est ainsi, simplement.

    Le trajet c’était fait tranquille, elle avait discuté avec quelques personnes avant de simplement s’endormir contre la fenêtre. De toute façon, le babillage incessant des filles qui s’étaient retrouvées près d’elle avait le don de l’énerver à trop longue durée. Et vous ne voulez pas qu’Hayden s’énerve. Mauvaise idée. Le train arrêter, elle sortie en suivant la masse d’élève, pestant contre ceux qui la bousculaient, criant presque lorsque quelqu’un lui écrasait le pied. Les foules, c’était loin d’être son truc. Elle détestait devoir se coller à des inconnus ou des abrutis plus connus. Surtout lorsqu’elle était coincé entre deux personnes qu’elle savait pertinemment que ce n’était pas des personnes de sa classe, des sang-purs. Une fois dehors, elle inspira un coup d’aire humide alors que la pluie s’abattait sur sa tête. Ses longs cheveux roses se plaquèrent rapidement sur sa tête alors qu’elle laissait les gens passés devant elle. Courez, courez, elle restait immobile, attendant qu’une bonne partie de la populace ait attrapé leur diligence. Les gens montaient, elle les regardait faire. La pluie, elle détestait, mais détestait moins que la foule de gens qui s’agglutinaient autour d’elle. Cependant, voilà, elle se perdit dans ses pensées alors que les gens continuaient de défilés devant elle. Mauvaise idée.

    Il restait peu de personne en fait. Trop peu. Elle paniqua soudain avant de courir pour rattraper une diligence, où deux personnes y étaient installées. Elle grimpa à l’intérieur et soupira, se disant que ce serait assez pitoyable d’arriver en retard pour cause de diligence manqué. Elle n’avait pas trop remarqué qui était à bord, plutôt concentré à regarder Christina courir pour les rattraper, comme Hayden l’avait fait. Elle salua gentiment la nouvelle venue puis regarda les autres au travers son rideau de cheveux qui s’étaient aplatit contre son visage. Hilary, tiens. Elle lui fit un petit signe de main. Puis, elle regarda la dernière personne, manquant de s’étouffer. Aleksander. Dommage, il n’était pas mort pendant l’été. Ce môme, c’était clairement la personne la plus détestable sur Terre. Tous les élèves d’Hogwart savaient pour la haine sans nom qu’ils partageaient l’un envers l’autre. C’était impensable d’ignorer ça, avec le vacarme qu’ils faisaient alors qu’ils s’hurlaient des insultes et se frappaient par moment, finissant à l’infirmerie pour blessure diverse.

    « Salut Christina et Hilary, vos vacances ce sont bien passés ? »

    Elle leur avait fait un joli petit sourire avant de lancer un regard noir et assassin à Aleksander. Certains se demandaient pourquoi ils n’essayaient pas de devenir amis. Simplement car c’était impossible. Leur guerre durait depuis près de trois ans et ça n’avait fait qu’empirer avec les années. Donc, le fait que ces deux êtres totalement différents puissent un jour s’entendre, c’était impossible, croyez-moi. Déjà que la pluie s’abattait fortement et qu’en plus, elle était passablement énerver suite à la foule de tantôt, le fait de se retrouver en compagnie de ce stupide gamin d’un an son cadet ne fit que miner encore plus sa bonne humeur. Ce n’est pas un secret que la slytherin à une patience trop peu développer. En ce moment, elle avait simplement envie d’envoyer valser ce griffy hors de la diligence, il ferait le chemin à pied, ce pourrait être bien. Bon, d’accord, elle ne le ferait pas… En fait si, elle le pourrait bien, très bien même. Et tout ceux présent ici même le savait qu’elle en était capable et qu’elle ne s’en gênerait pas s’il osait placer un mot. Déjà qu’elle devait supporter sa présence plus que dérangeante, si en plus sa voix devait parvenir à ses oreilles, elle ne répondrait plus d’elle-même et l’énervement prendrait le dessus, elle en était sur. Hayden est reconnue pour crier un peu n’importe quand pour n’importe quoi. N’importe quoi pour les autres en fait, mais pour elle, ce n’est pas réellement n’importe quoi. Simplement, beaucoup ont encore du mal à comprendre que c’est simplement que son niveau de tolérance doit sûrement aller dans les nombres négatifs.

    « Et toi, t’aurais dut crever cette été » murmura-t-elle pour elle-même.
    Elle croisa ses jambes, dégageant ses cheveux qui lui tombaient devant ses grands yeux bleus. Un bleu un peu plus sombre, où on aurait presque cru voir des éclairs dansés. Elle en aurait volontiers jeté si elle avait put, histoire de carboniser et de faire disparaitre une fois pour toute ce pauvre petit mudblood. Elle se doutait bien qu’Hilary n’apprécierait pas, mais elle le ferait pour son bien, car elle pensait au bien être de son ami. Ami sans e, évidemment. Malgré ses airs efféminés de jeunes filles et de son nom peu masculin, Hilary reste un mec, ce qui l’a aussi surpris la première fois. Mais on s’y habitue. Mais oui, le jeune homme le prendrait sûrement mal, mais il comprendrait assez vite que s’aurait été pour son bien. Non mais, un sang-pur et un né moldu, un gros n’importe quoi. Il veut quoi, l’autre ? Souillé sa ligné ? Et Aleksander, se donner un semblant d’importance ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilary Lestrade
Hufflepuff 6ème année
Hufflepuff 6ème année
avatar

Age : 22
Maison : Hufflepuff
Messages : 27
Date d'inscription : 15/12/2011

Carnet Étudiant
Année scolaire: 6ème année
Relations:

MessageSujet: Re: Une arrivée inusitée (PV Hayden, Aleksander, Hilary)   Mar 27 Déc - 4:59

10:32 AM, 1er Septembre, Station 9 ¾, King’s Cross.

Hilary Lestrade, sac en bandoulière sur l’épaule et uniforme déjà enfilé, tenait la main de sa mere, Sophia Lestrade, nom de fille Wiels. Son père, Théophil Lestrade, tirait derrière lui la malle de voyage de son fils, une belle chose en bois de pin teint en bourgogne, avec des poignées en cuir de la même teinte et des jolis clous dorés tout brillants.

Hilary ne cessait de voir des têtes familières, comme la tête de cheveux ravissants au loin, ça ne pouvait être que Jayden J. Anderson. Il essaya de le saluer en lui faisant des grands signes de la main, mais l’autre étudiant ne sembla pas l’apercevoir.

14 minutes 37 secondes plus tard, les trois membres de la famille Lestrade étaient emboités dans une étreinte très serrée, promettant de s’écrire chaque semaine au minimum. Ses bagages étaient déjà rangés dans le compartiment réservé aux préfets.

Après avoir dit ses derniers aurevoirs à ses parents, Hilary partit en quête d’amis, au moins pour leur dire un petit bonjour avant la réunion des préfets. Plus exactement, il cherchait Son Amoureux, parce qu’ils ne pourraient pas passer le voyage en train ensemble, manger à la même table pendant le festin de la rentrée, ou même se voir après, puisqu’Hilary serait en train de s’occuper des petits nouveaux. Ce qui faisait que le seul moment où ils pourraient passer du temps ensemble serait dans les diligences, alors il voulait s’assurer qu’Alek l’attendrait bien.

Le trouver lui prit 8 minutes et 12 secondes, ce qui lui laissait juste assez de temps pour se jeter dans les bras de Son Amoureux, lui donner un bisou et fixer un rendez-vous avant de devoir se diriger vers sa réunion et ses devoirs de préfets. À 11:00 AM très exactement, le Poudlard Express quitta la gare.

À 5:47 et 23 secondes PM, le train s’arrêta finalement. Lorsqu’Hilary réussit finalement à sortir dehors, les diligences étaient déjà presque toutes remplies, à l’exception notamment de celle du bout complètement, d’où une tête de doux cheveux blancs et un air exceptionnellement bête dépassait. Avec un grand sourire, Hilary se dirigea vers celle-ci, se glissa aux côtés d’Alek, lui murmura un petit mot doux – mon chéri ou mon lapin, il n’était pas certain, tout ce qu’il savait c’est que ça faisait de longs et terribles mois qu’ils ne s’étaient pas vu et à ce moment précis, Hilary ne pouvait imaginer autre chose pire que de ne pas pouvoir voir Son Amoureux – puis, en lui prenant la main entre les siennes, il lui donna un baiser juste un peu mouillé. Pas trop long, puisque la diligence avait quatre places après tout.

La porte s’ouvrit justement, laissant entrer une Hayden toute mouillée, suivi de Christina, quelques instants plus tard. Heureux de voir des amies, et sautant sur l’occasion pour essayer de briser les pots cassés entre elles (enfin, surtout Hayden) et Alek, Hilary commença à bavarder à toute vitesse :

« Oh oui, Hayden, j’ai passer de Très Belles Vacances! Mes parents m’ont emmené passer un mois à Paris, c’était trop Mer-veil-leux! » s’exclama-t-il, alors qu’Hayden se murmurait quelque chose. Il était si heureux de revoir ses amis qu’il ne le remarqua même pas. « Oh, Christina, j’ai vu La Plus Belle Paire de gants au monde, tu les aimerais je suis sûr! Ils sont en cuir avec des boutons au poignet, recouverts d’un tissu à carreaux, ils iraient si bien avec ton chapeau! Dis, tu ne trouves pas que Clarence est effrayant? Il est SI sérieux! J’avais peur de cligner des yeux à La Réunion, au cas où il me réprimanderait parce que je ne lui portais pas assez attention! Si vous en voulez, j’ai une boîte de macarons dans mon sac! Ils sont à la citrouille, c’est Trop Bon! »

Suite à ce déluge d’informations, nous pouvons en venir aux conclusions que :
-Oui, Hilary Lestrade parle vraiment comme ça.
-Il a beaucoup de difficulté à tenir une conversation linéaire.
-Les macarons à la citrouille semblent vraiment délicieux, je devrais en essayer un jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksander Skagen
Gryffindor 5ème année
Gryffindor 5ème année
avatar

Age : 21
Maison : Gryffindor
Rôle au sein de l'école : Batteur dans l'équipe de Gryffindor
Messages : 64
Date d'inscription : 08/12/2011

Carnet Étudiant
Année scolaire: 5ème année
Relations:

MessageSujet: Re: Une arrivée inusitée (PV Hayden, Aleksander, Hilary)   Lun 2 Jan - 6:34

Il pleuvait.

Vraiment. Trop. Et il en avait marre. Et il était tout mouillé. Et il avait froid. Et sincèrement, la chose le faisait tout simplement vraiment chier. Parce que, sérieusement, c'était une des plus grandes écoles de magie dans le monde, et ils n'étaient pas capable d'empêcher qu'il pleuve, ne serait-ce qu'une journée? Il n'existait pas un sort ou quelque chose du genre, pour ça? Merde.

Mais enfin, disons juste que l'on n'avait pas à se demander d'où lui venait l'expression meurtrière qu'il abordait depuis qu'il avait mit les pieds hors du train. Expression qui en avait, d'ailleurs, fait fuir plus d'un; surtout parmi les deuxièmes et les troisièmes années, à vrai dire. Et ce, même si certains d'entre eux faisaient plusieurs bon centimètres de plus que lui – et il ne parlait pas seulement ici des garçons.

Retenant un frisson alors qu'il tapait impatiemment du pied contre le fond en bois de la diligence, Aleksander secoua la tête en essayant vaguement d'enlever un peu de l'eau qui c'était accumulée dans ses cheveux, grimaçant alors qu'un filet d'eau froide lui coulait dans le dos. C'est à ce moment que la porte s'ouvrit pour laisser entrer une tête blonde bien connue. Hilary. 'Il était temps!' eut-il envie de dire, n'ayant pas vraiment le temps de mettre son plan à exécution alors que l'autre l'embrassait – et n'ayant, à vrai dire, pas vraiment envie que les premiers mots qu'il allait lui sortir après leur séparation, soit, et bien, ça. Même si, le connaissant, c'était plus que probable qu'il s'agissait bien plus de la première de ces deux raisons qui l'avait empêcher de dire quoi que ce soit plutôt que le reste.

Et alors qu'il ouvrait la bouche une seconde fois pour essayer de parler, une autre personne entra. Parce que, même s'il ne voulait pas se l'avouer, il y avait, après tout, une faille dans son plan, à savoir qu'il n'avait pas pensé au fait que quelqu'un d'autre pourrait décider de monter avec eux. Et en plus, il ne s'agissait pas de n'importe qui; cette tête recouverte de cheveux roses – stupide couleur -, cet uniforme de Slytherin, cet air détestable. Il ne pouvait s'agit que d'elle. Grognant intérieurement, Aleksander ne pu s'empêcher de se demander ce qu'elle pouvait bien foutre là; elle le faisait exprès ou quoi?! Non mais, vraiment, elle n'aurait pas pu choisir d'embarquer avec quelqu'un d'autre?! Parce que, au final, il savait qu'elle n'avait pas plus envie de le voir que lui avait envie de passer plus de temps que nécessaire en sa compagnie.

''Ahah, mais c'est pas vrai...'' se dit-il alors qu'il voyait Christina entrer à son tour, prenant finalement la dernière place disponible dans la carriole. Il devait y avoir quelqu'un, quelque part, qui lui en voulait atrocement. Parce que la jeune irlandaise seule, ce n'était pas toujours des plus plaisants – enfin, disons juste que la chose dépendait grandement de leur humeur du moment -, mais les deux Slytherins en même temps? Bon sang.

Roulant des yeux en marmonnant intelligiblement entre ses dents, il se mit à fixer l'extérieur, regardant d'un air incendiaire les goutes d'eau qui coulaient lentement sur la fenêtre froide. Et le tout, sans prendre la peine de saluer d'une quelconque manière qui que ce soit, ne donnant même pas réellement l'impression qu'il les avait vraiment remarqué. Enfin, pour ce que la chose aurait vraiment pu changer, après tout... N'écoutant qu'à peine ce que son petit ami était en train de raconter, il finit par détourner les yeux, les posant sur la jeune femme assise sur le banc en face de lui.

Fronçant les sourcils, Aleksander se redressa un peu sur son banc, croisant les bras en fixant son regard dans celui de Hayden, presque comme s'il espérait pouvoir lui percer un trou entre les deux yeux simplement en la dévisageant. Mais elle lui voulait quoi, celle-là? Elle ne pouvait pas regarder ailleurs? Plissant les yeux tandis qu'un air à la fois agacé et un rien buté prenait place sur son visage, il se pencha très légèrement vers l'avant.

-Non mais, commença-t-il, t'as finir de me regarder? Tu fais chier, à la fin.

Et, pour le temps d'un moment, le reste avait disparut. Il n'y avait plus que lui, elle, et cette distance – tellement courte, lorsque l'on y réfléchissait vraiment – qui les séparait. Et tant pis si Hilary était là et que cela allait sans nul doute le déranger, si l'année scolaire n'avait, techniquement, même pas encore commencé et que déjà il commençait à s'engueuler avec cette chieuse, si la moitié de la diligence était à moitié remplit de Slytherins, et s'il se trouvait en présence de deux préfets. Parce que, en cet instant, la chose ne lui traversait même pas l'esprit.

Et après, on se demandait pourquoi il donnait l'impression d'être un abonné des retenues.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christina O'Farrell
Slytherin 5ème année
Slytherin 5ème année
avatar

Age : 21
Rôle au sein de l'école : Préfet de Slytherin
Messages : 29
Date d'inscription : 18/12/2011

Carnet Étudiant
Année scolaire:
Relations:

MessageSujet: Re: Une arrivée inusitée (PV Hayden, Aleksander, Hilary)   Dim 8 Jan - 20:27

Elle eu à peine le temps de terminer sa réflexion que tout le monde se mit à réagir presque simultanément. Hayden les saluât et enchaina avec un commentaire probablement haineux et diriger vers le griffondor, mais cela n’était qu’une supposition puisqu’en fait Christina n’avait rien entendu de ce qu’elle avait dit. Avant même que l’irlandaise ne puisse formuler l’idée de répondre à Hayden, Hilary se mis à parler. Et quand Hilary se met à parler, ça a tendance à ne pas arrêter tout de suite. Elle écouta donc le jeune homme parler, en essayant d’enregistrer chaque information de la conversation.

Comme il parlait à une vitesse ridiculement élevé, Christina avait apprise ave le temps à enregistrer, filtrer puis choisir les informations intéressantes ou utiles à la conversation avant de répondre. Son procédé de penser alla comme suit : « Paris.. Génial pour lui, inintéressant pour moi. Des gants, inintéressant quoi que je lui en reparlerai plus tard ils ont l’air mignon. Clarence? Étant les deux seuls préfets, le sujet n’inclus pas les deux autres et les laisser à part c’est prendre un risque de les voir se battre. Macaron j’y gouterait bien oui… » Elle détestait Hilary pour ce petit détail. Les gants. Hilary avait tendance à raviver le côté féminin enfouit de la jeune slytherin. Elle détestait ça. Mais outre ce petit détail, elle avait appris à bien aimer le jeune homme qui était très différent des gens qu’elle côtoyait tous les jours. De plus, il était l’un des seuls à n’avoir jamais eu de réaction à sa façon de s’habiller. Elle leva les yeux vers lui, passant une main dans ces cheveux presque sec (merci mon Dieu pour les chapeau) et lui sourit.

-Je prendrais bien un de tes macarons, oui, j’aime pratiquement tout à la citrouille, tu en veux un Hay…

Elle ne termina pas sa phrase, coupée dans son élan par la fureur habituelle d’Alek. Encore. Il la provoquait exprès cette fois-ci, Hayden n’avait rien fait. Bon peut-être le commentaire passé plus tôt n’était pas des plus gentil, mais il ne l’avait certainement pas compris puisqu’elle même ne l’avait pas entendu et qu’elle était assise à côté de la jeune femme. Menace. Fantastique. Merveilleux. Elle se tourna vers sa comparse Slytherin hésita une seconde et lui pris l’épaule, la détournant de l’impertinent qui s’amusait à la provoquer.

-Hayden, j’t’en pris, ne lui jette pas un sort. Si tu fais quoi que ce soit tu pourrais accidentellement blessé Hilary ou moi et tu sais bien que je suis préfète, je vais devoir t’enlever des points et nous ne sommes même pas encore à l’école. S’il te plaît. Prend un macaron plutôt…

Elle disait tout cela n’ayant pas vraiment espoir qu’elle l’écouterait. Elle connaissait bien Hayden et elle savait que si elle était en colère tout ce qu’elle venait de dire passerait au niveau des détails et qu’elle attaquerait Alek, mais elle ne pouvait pas simplement rester assise la sans rien dire. Elle jeta un regard noir au Griffondor, ne voulant pas l’attaquer devant Hilary. Le seul problème ici c’est qu’elle était prise entre son amitié pour Hilary et sa fidélité pour sa propre maison. Elle savait pertinemment que si Hayden attaquait, elle devait prendre sa défense. Malheureusement, cela lui causerait des problèmes avec Hilary et Alek plus tard… Mais elle ne pouvait tout simplement pas prendre le côté d’un simple mudblood. Elle se mordit la lèvre, signe chez elle de nervosité, espérant autant qu’elle le pouvait qu’Hayden allait tout simplement l’écouter et prendre ce foutu macaron.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden A. Kelsey
Slytherin 6ème année
Slytherin 6ème année
avatar

Age : 22
Maison : Slytherin
Rôle au sein de l'école : Capitaine & Batteuse dans l'équipe de Quidditch de Slytherin.
Messages : 37
Date d'inscription : 15/12/2011

Carnet Étudiant
Année scolaire: 6ème année
Relations:

MessageSujet: Re: Une arrivée inusitée (PV Hayden, Aleksander, Hilary)   Mer 25 Jan - 21:08

    Elle soupira. Pourquoi lui avoir posé cette question ? Elle savait pourtant fort bien que lorsqu’Hilary contait quelque chose, il ne se contentait pas de l’essentiel. Ah, ça non. Il s’amusait à ajouter toute sorte de détails superflus. Une chance qu’Hayden l’appréciait un minimum, sinon, elle l’aurait déjà envoyé balader. Mais il était sang-pur, donc bon, elle se tenait parfois avec lui. Elle l’écouta parler, son regard ancré sur Aleksander, comme si elle voulait le tuer d’un simple regard. Après tout, autre le fait qu’Hilary était allée à Paris et qu’elle trouvait Clarence franchement effrayant, le reste n’était qu’inutile à la conversation. De toute façon, elle était trop concentrer à ce retenir de ne pas envoyer valser ce Gryffindor hors de la diligence. Ils étaient tout de même avec deux préfets. Et l’idée de se retrouver avec une retenue ne lui plaisait pas, même si ce ne serait pas sa première. Elle s’y rendait souvent, en salle de retenue. À cause de lui. De ce con dont la seule présence l’emmerdait. Elle inspira profondément, essayant de garder son calme, ce qui était un miracle quand l’on connait sa patience plus que limité. C’est un véritable problème. Elle pique des crises pour un rien. Il ne faut pas l’emmerder, la jolie Slytherin. Et ça, certains l’ont appris… À leur dépend. C’était pourtant clair. Hayden a une expression faciale, certes, souriante, mais son regard, généralement, fait taire tout envie de venir lui chercher des noises.

    Alors qu’elle se contenait difficilement, Aleksander osa parler. Elle lui jeta un regard noir comme l’encre. Le simple fait de l’entendre lui donnait des envies de meurtres. Mais là, c’était encore pire. Lui avait-il vraiment dit qu’elle faisait chier. Du calme. Non, elle n’en avait plus. En plus, la distance entre eux était faible. Il y avait deux préfets qui les encadraient, mais elle s’en souciait peu. Il était là, l’insolent, à l’emmerder. Il y avait Christina qui tenta de l’empêcher de le frapper. Comme si ça pouvait faire quelque chose. Dans un élan de fureur, elle c’était lever, lançant un regard haineux à l’imbécile. Puis, elle vit le macaron que lui tendait son amie. Tiens. Avec un sourire tellement faux, elle l’attrapa dans sa main et se rassit. Oh, ce n’était pas finit. La colère de la jeune femme est habituellement beaucoup plus rude. Tous le savaient trop bien pour croire qu’elle s’était calmée. Elle inspecta le macaron puis posa ses yeux sur le Gryffindor. Elle sortit discrètement sa baguette et lança en murmurant un sort sur le macaron. Puis, elle le lui balança en pleine gueule. Elle n’avait pas du tout augmenté le poids de la pâtisserie, voyons donc. En fait, si. Il l’avait cherché, de toute façon. Elle croisa ses bras, sachant que l’impact n’avait pas du faire du bien. Mais ils n’en resteraient pas là, c’était évident. Il allait riposter, elle le savait que trop bien. Et elle l’attendait avec un large sourire. Pas de ces sourires sympathiques. Pas question d’être gentille et douce avec lui.

      « J’essayais simplement de visualisé si c’était ton nez que j’aplatissais ou ton front que je décorais de bleu. »

    Bon, c’était dit. Après tout, ils le savaient qu’ils se détestaient, pourquoi être subtile ? Ils avaient passés depuis longtemps l’étape des insultes dans le dos. Ils s’emmerdaient face à face, en se provoquant et s’insultant. Parfois, souvent en fait, ils en venaient au coup. Et bon, c’était ce qui risquait d’arriver aujourd’hui. Techniquement, elle l’avait déjà frappé, en plus. Bon, pas directement, mais un macaron, c’est la même chose.

      « Le bleu te va à ravir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilary Lestrade
Hufflepuff 6ème année
Hufflepuff 6ème année
avatar

Age : 22
Maison : Hufflepuff
Messages : 27
Date d'inscription : 15/12/2011

Carnet Étudiant
Année scolaire: 6ème année
Relations:

MessageSujet: Re: Une arrivée inusitée (PV Hayden, Aleksander, Hilary)   Dim 29 Jan - 4:21

Loin de moi le désir de philosopher sur la nature humaine, mais cela est un peu inévitable lorsqu’on tente de déterminer l’essence de celle-ci. Les individus sont aussi complexes que leur essence commune (1) et il est impossible de cartographier l’un ou l’autre. Toutefois, la Science(2) nous impose quand même d’essayer et pour parvenir au meilleur résultat possible, nous nous devons d’aller au-delà des mots écrits et utiliser tous les moyens à notre disposition.

Les récents évènements ont un grand effet sur les humeurs du sujet. Pour mieux comprendre celles-ci, des graphiques ont été dessinés pour comprendre les émotions et les réactions d’Hilary Lestrade. Le premier graphique est daté du 1er septembre, 5:53 PM. Pour un peu mieux vous situez dans le temps, Aleksander Skagen venait d’insulter Hayden A. Kelsey :

« Non mais, t'as finir de me regarder? Tu fais chier, à la fin. »

Online Graphing
Graph maker

-De ces émotions, la fatigue et la nervosité n’était que très peu reliées à la situation, mais dû plutôt à la perspective de retourner à l’école et une longue journée de voyage.
-Le découragement et l’embarras étaient dirigés envers Alek. On aurait pu croire qu’il aurait été capable de démonter un peu de retenue après avoir passer plusieurs semaine sans voir Hayden, mais nos espoirs auraient été tout aussi ruinés et massacrés que ceux d’Hilary.
-Sa déception provient du fait qu’après plusieurs semaines de séparation, Son Amoureux n’est apparemment même pas capable de l’écouter. Ce qui l’amène à le réprimander un peu plus sèchement qu’à l’habitude :

« Aleksander, (3) franchement, tu pouvais pas te retenir? Ça ne fait même pas quinze minutes que nous sommes arrivés que tu insultes déjà Hayden? Est-ce que tu penses un peu à ce que tu lui dis des fois? »

-Le peu d’optimiste restant était en fait dirigé envers Christina O’Farrel, tentant de calmer Hayden, alors qu’Hilary, sans vouloir l’admettre, savait bien que son amie piquée à vif ne se retiendrait pas.
-L’appréhension provient de cela : la certitude de savoir qu’Hayden réagirait, l’incertitude de ne pas savoir comment.
-Le Rose semble être la bonne humeur innée d’Hilary. Pour mieux observer la fluctuation de cette humeur, s’il vous plaît vous référer au troisième graphique.

Observons maintenant ses émotions après les actions d’Hayden.

Online Graphing
Make a graph

-Ici, la colère, la déception, le pessimisme et le découragement sont également partagés entre Hayden et Alek.
-Le choc est toutefois entièrement dû à Hayden : Hilary pensait qu’elle traiterait mieux ses cadeaux que cela.
-L’optimiste s’amenuise rapidement et il n’en reste que des pauvres miettes.
-La fatigue et la nervosité reste encore et sont un peu affectées par la situation présente, mais diminue d’importance face aux restes de ses émotions.
-L’embarras, toutefois, est entièrement à lui. Il est rouge de se laisser marcher sur les pieds, d’être gentil et compréhensif seulement pour que ses amis en abusent et ruinent sa rentrée scolaire, mais surtout « il regrette de ne pas avoir monté dans la calèche de ses amies de Hufflepuff, et il regrette avoir le goût de s’enfuir parce que deux personnes qu’il aime beaucoup ne sont pas capable d’agir comme des adultes. Il est embarrassé de se laisser sentir aussi mal par les actions de deux personnes qui agissent sans penser plus loin que leur nez. » (4)
-Encore une fois, pour mieux comprendre l’émotion Rose, vous référer au troisième graphique.

Online Graphing
Graph maker

-Vous pouvez ici observer l’état général de l’humeur d’Hilary, dès son réveil jusqu’au moment présent. Prenez note qu’en général cet état reste entre les 1000 et 1300.

Le problème, toutefois, en observant ce genre de graphique, c’est qu’en certaines situations les émotions changent rapidement. En ce moment, la colère monte grandement chez notre sujet, alimentée par tout le désespoir vécu en quelques minutes.(5) Hilary savait qu’il aurait dû embarquer avec les filles de Hufflepuff. Leur calèche était sûrement pleine de câlins et d’amour et de rire (6). Cette pensée le força à se lever (7) et, avant même d’être arrivé à Hogwarts, utiliser son autorité de préfet.

« Hayden! Range immédiatement ta baguette! Toi, reste assis, » dit-il en pointant Alek. « Et tous les deux, taisez-vous et écoutez-moi. Premièrement, vous allez prendre une grande respiration et vous calmer. Deuxièmement, vous allez vous excusez. Et si vous vous insultez une seule fois avant qu’on arrive à l’école, laissez-moi vous rappeler que la nouvelle infirmière n’entre en fonction qu’à partir de demain( 8 ), alors vous devrez vivre avec les conséquences. Troisièmement, vous allez vous pardonner. Et si vous ne faîtes pas ce que je vous ai dit, je vais aller voir vos professeurs et ils vous donneront tellement de travail scolaire que vous n’aurez pas le temps de dormir, encore moins vous battre. Est-ce que c’est clair? »

Hilary, les joues rouges et les mains tremblantes, croisa les bras et les fixa d’un regard noir. « Et bien? Qu’est-ce que vous attendez? »

* * *

(1) À noter que les éditeurs vous encouragent à suivre un cours de philosophie métaphysique pour mieux comprendre ce qui est baragouiné.
(2) !!!
(3) En presqu’un an en couple c’était la quatorzième fois qu’Hilary n’appelait pas Son Amoureux par un surnom amoureux.
(4) Long, Gaspard. « Premier Septembre », page 3, Tome 5, Annexe 2, Édition Science et Nature, 2008
(5) La fatigue n’aidait certainement pas sa patience et abolissait ses inhibitions naturelles.
(6) Elle l’était.
(7) La boîte de macarons, oubliée, tomba sur le sol. Hilary avait fait la file 2 heures et 48 minutes pour l’obtenir, se réjouissant à l’idée de partager ces friandises avec ses amis.
(8 ) Référence
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une arrivée inusitée (PV Hayden, Aleksander, Hilary)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une arrivée inusitée (PV Hayden, Aleksander, Hilary)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rictusempra :: Hogwarts :: Parc-
Sauter vers: