AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Satine Darfeuille - Infirmière [Fiche finie]

Aller en bas 
AuteurMessage
Satine Darfeuille
Infirmier
Infirmier
avatar

Age : 31
Rôle au sein de l'école : Infirmière
Messages : 16
Date d'inscription : 27/12/2011

Carnet Étudiant
Année scolaire: Membre du personnel
Relations:

MessageSujet: Satine Darfeuille - Infirmière [Fiche finie]   Mar 27 Déc - 21:31

    Dossier de
      Darfeuille, Satine

(c) Random
Nom : Darfeuille
Prénom : Satine
Surnom : Sat' ou Mei-Mei
Sexe : Féminin
Âge : 25 ans
Date de naissance : le 31 Décembre 1986.
Nationalité : Française
Orientation sexuelle : Hétéro'
Groupe : Personnel, Infirmière
Maison : [//]
Année scolaire : N/A
Sang : Né moldue
Baguette magique : Bois de Charme, plume de phœnix, vingt centimètres et des poussières.
Forme du patronus : Un requin blanc
Sortilège favori : Aguamenti sans doute, et les sortilèges médicaux, comme Ferula, Anapneo etc
Animal de compagnie : Un chat siamois au museau allongé, aux grandes oreilles et aux yeux couleur émeraude. Il se nomme Léo.


Description physique : Satine est douce comme le satin. Cela aurait pu être la phrase d'accroche d'un médiocre roman à l'eau de rose, mais c'est bel et bien la vérité. Du haut de ses un mètre cinquante-cinq, ses cheveux bruns tombent en cascade bouclée jusqu'au-dessous de ses épaules. Une mèche lui cache une partie du front et souligne ses yeux couleur bleu délavé. Elle met parfois un peu de rouge sur ses lèvres et du noir autour de ses yeux pour faire ressortir son teint de pèche brunie par le soleil. Son corps est tout en rondeur et elle est bien campée sur ses jambes. Satine n'est pas bien grande, mais comme elle se plaît à le dire avec un petit sourire amusé sur son visage, « la taille ne compte pas ». Peut être aurait-elle besoin de perdre quelques kilos pour correspondre aux canons de beauté contemporains, mais que voulez-vous, tout ceci lui passe au-dessus.
Néanmoins, cela ne signifie pas qu'elle ne prend pas garde à sa tenue. Le plus souvent, lorsque Satine n'est pas au travail, elle aime porter robes légères aux couleurs unies et vives, et de légères sandales en cuir quand le temps s'y prête. Sinon, elle préféra d'épais collants sous une tunique et un grand manteau duffle-coat sans oublier son éternel bonnet en laine, son immense écharpe et ses gants rouge qui détonnent avec ses sneakers multicolores. Notre jeune infirmière porte une tenue plus classique au travail : un jean noir droit pour être à l'aise dans ses mouvements et des hauts simples, sans oublier ses sempiternels baskets. Et la blouse blanche par-dessus le tout. Par ailleurs, elle porte souvent nombre de bijoux de style oriental qui tintent doucement à ses moindres mouvements.
Notre jeune femme porte un tatouage à côté du sein gauche, quasiment sous son aisselle. Il représente le mot « magie », écrit en hébreu « קֶסֶם ». Plus qu'une frasque de jeunesse, Satine se plaît à croire qu'il a une signification réelle.

Description psychologique : Il semblerait que notre jeune femme compense sa petite taille par une personnalité détonante. Elle aime la vie, tout simplement et voit les contraintes d'un mauvais œil. Elle aime manger, boire et se rouler dans la boue, parfois plus que de raison. Elle est dotée d'un sens de l'humour certain et ne se prive jamais pour une petite touche d'ironie. En conséquence, elle se lie -et se délie- d'amitiés avec une facilité déconcertante.
Mais ne l'oublions pas, Satine est … légèrement impulsive. Non pas qu'elle réagisse au quart de tour, son travail lui a appris la patience, mais elle a tendance à répondre à ses propres désirs sans prendre le temps d'analyser les conséquences. Combien de fois a-t-elle parlé avec un peu trop de franchise ? Combien de fois est-elle parti sans donner de nouvelles ? Ce comportement égoïste lui a coûté et des amis et des amours : il n'est pas facile de vivre avec une personne qui, du jour au lendemain, déménagerait à l'autre bout du pays sans donner d'explications. Mais Satine s'en est toujours satisfaite et accepte la solitude à bras ouvert si besoin est.

Étonnamment, ce genre de caractère semble difficilement conciliable avec des études de médecine et le travail d'infirmière scolaire. Satine n'est pas inconsciente à ce point, elle sait faire la part des choses et séparer le privé du professionnel. En ce sens, elle fait preuve de trésors de patience avec ses patients, justement. Elle se passionne pour la médecine, celle des sorciers et des moldus. Réparer, soigner en un tour de main est sa plus grande satisfaction. Armée de sa baguette en bois de charme, elle lance sorts et incantations avec une concentration et application extrême. Mais ne lui demandez pas quelques potions ou mixtures, elle déteste la botanique et la « cuisine magique » -selon ses propres mots- et est très médiocre en ce domaine. Plus que les dégâts physiques, Satine prend garde à ne pas laisser le psychologique de côté. Elle sait faire preuve de subtilité avec ses patients et prend le temps de les écouter... Si elle en a envie. Pourquoi s'encombrer de patients désagréables ?

Contre toute attente son patronus est un grand requin blanc. Ce prédateur d'aspect effrayant ne semble pas cadrer avec le physique et la personnalité débordante de vie de Satine. Pourtant, cet animal est du genre... incisif. Il mène une vie plutôt solitaire, parfois en couple, mais jamais en bande. Il se défend violemment, uniquement si on l'attaque en premier. Cela rappelle bien quelques traits de caractère de notre chère Satine.


Histoire : Des petits pieds chaussés de Doc Martens rouge s'approchent doucement d'une boîte aux lettres blanche toute rouillée. Une main à la peau brune et emberlificotée dans un tas de bracelets s'empare vivement du courrier sans y prêter attention. Il fait grand soleil à Bat Yam, la banlieue sud de Tel-Aviv en Israël. Satine hume un moment l'air marin et passe une main dans sa crinière noire emmêlée par le sel. Ses yeux opales scrutent l'horizon pendant quelques minutes et s'imprègnent de l'étendue d'eau bleue pâle qui s'étend à l'infini. Le cri des mouettes retentit à ses oreilles comme un étrange râle.
La jeune fille rentre chez elle en traînant des pieds. Les cours reprennent dans quelques semaines. Elle entrerait en première année dans un collège situé à Tel-Aviv. Qu'elle déteste les études ! Mais que voulez-vous avec une mère chirurgienne et un père médecin généraliste, il est difficile de passer ses journées à traîner sur la plage sans faire ses devoirs. En poussant la porte de l'appartement familial, sa petite sœur, benjamine de cinq ans, lui tombe dessus en hurlant de joie. Il en faut peu à cet âge là. Satine la prend dans ses bras et dépose le courrier sur la table en bois verni de l'entrée. Grâce à la profession de ses parents, l'appartement est superbe et spacieux, tout en lumière avec de grandes baies vitrées. Son grand frère de 25 ans, Nadir, étant parti faire ses études à Tel Aviv, chacun peut avoir sa chambre. Ainsi, ses parents occupent l'espace au rez de chaussé, tandis que Satine, sa petite sœur Guila et sa grande sœur Stavit de 21 ans ont élu domicile au premier.
Sans autre raison que la curiosité, Satine fouille parmi le courrier. Hé, une enveloppe en matière râpeuse est à son nom. En lettre de sang est écrit «  Mademoiselle Satine Darfeuille, appartement 129 & 129bis, Chambre à droite à l'étage ». La jeune fille fronçe les sourcils. L'écriture est bien trop raffinée pour que ce soit une blague de Stavit. D'un geste bref, elle déchire l'enveloppe et en sorti un papier jaunâtre. Guila ne cesse de frapper dans ses mains et de chanter une comptine en français, tout en regardant sa sœur lire la lettre. Ce petit brin de fillette de cinq ans est né en France, alors que la famille Darfeuille habitaient Paris. Quelques mois après la naissance de Guila, sa mère a souhaité revenir dans son pays d'origine, l'Israël. Et toute la famille déménagea à Bat Yam, au sud de Tel-Aviv, quittant la capitale française après dix ans de vie paisible. Les quatre enfants se sont adaptés en Israël avec une souplesse déconcertante, parlant déjà couramment l'arabe. Sa mère a trouvé du travail à l'hôpital le plus proche, tandis que son père est parvenu à ouvrir son propre cabinet de consultation.
Après cinq ans de vie tranquille, Satine est assise dans son salon, à lire une lettre à laquelle elle ne comprend pas grand chose avec sa petite sœur courant autour d'elle. Sorcellerie ? Hogwarts ? Des livres de potions et de sorts ? Satine veut y croire, comme tous les enfants de son âge... Et elle y a cru.

Tout s'est ensuite passé tellement vite ! Certes, ses parents, moldus pure souche, ont mis plusieurs semaines avant d'accepter l'idée que leur fille est invitée à passer sa scolarité dans une école de Sorciers. Il a fallu l'intervention de quelques membres du Ministère de la Magie. Au final, Satine et sa famille ne se sont pas quittés en très bon terme. Ses sœurs et son frère ne sont même pas au courant de cette « histoire de chapeaux pointus » comme dit son père. Ils pensent simplement que leur chère sœur est partie étudier à l'étranger. Ce n'est pas entièrement faux...
Le jour de la rentrée, Satine est fin prête, ses quelques livres dans sa valise en cuir délavé, sa petite baguette de Charme dans la poche de sa robe et son chat siamois enroulé autour de ses épaules. Ne réalisant pas encore très bien ce qui lui arrive, elle trouve tant bien que mal -plutôt mal d'ailleurs- l'entrée de la gare et le quai 9 ¾ avant d'embarquer dans le train.

Pour ne rien vous cacher, ses débuts en sorcellerie furent très difficiles. Propulsée seule et sans explications détaillées dans un monde totalement inconnu, ne baragouinant que quelques mots d'anglais, la jeune fille de onze ans à peine ne savait plus comment s'adapter. Mais grâce à son caractère bien trempé, elle s'intégra sans tarder. Ses notes n'étaient pas resplendissantes, parfois même médiocres, mais notre fillette accumulait les années, les amis, les amours, les heures de colles... Tout ce qui fait une scolarité en somme. Elle eu ses B.U.S.E, avec un O -le seul et unique- en soins aux créatures magiques, et décida en sixième année de se spécialiser en médicomagie. Elle ne rentrait en Israël à Bat Yam que pour les vacances d'été. Les relations avec ses parents avaient bien changé. Son conservateur de père, borné et butté ne fit aucun effort pour comprendre ce nouveau monde, contrairement à sa mère, plus douce et ouverte. A 18 ans, en septième année à Hogwarts, elle obtint ses A.S.P.I.C avec succès, contre toute attente.
Désormais majeure, délivrée de toute attache familiale, notre jeune femme embrassa pleinement sa vie de sorcière et débuta son service à Sainte Mangouste en tant qu'apprentie guérisseuse. Ayant tendance à faire comme il lui plaît, son caractère impulsif lui amena quelques problèmes avec les autorités magiques... C'est d'ailleurs à cette époque qu'elle se fit tatouer (chez un moldu !) les petits signes sur ses côtes.

La réalité lui revint en pleine face et la broya sans autre forme de procès. En revenant en Israël alors qu'elle avait 20 ans, son père refusa tout simplement de lui parler, tout comme sa grande sœur et son grand frère. Seules sa mère et sa petite sœur Guila lui adressèrent la parole. Satine savait que son père était conservateur, à la fois dans sa vie privée et dans sa vie professionnelle. Qu'il n'acceptait que peu de changements, d'idées nouvelles. Mais bon sang, il était médecin non ? Il en avait vu d'autres ? Il devait faire preuve d'un minimum d'ouverture d'esprit non ? Et pourquoi embrigader Nadir et Stavit ? C'est sur ces bonnes paroles que Satine claqua la porte de l'appartement 129 à Bat Yam et ne revint jamais. Lorsqu'elle se retrouva quelques jours plus tard dans son appartement minuscule de la banlieue londonienne, elle pleura « comme une idiote », se disait-elle. Son chat Léo aux allures de sphinx égyptien s'enroula autour de ses jambes puis grimpa avec agilité sur ses genoux. Loin d'être un animal câlin, il la regarda avec un calme olympien avant de se rouler en boule, la tête enfouie sous ses pattes. Satine n'en demandait pas plus et elle s'endormit sans demander son reste.

La jeune femme exerça encore quelques années à Sainte Mangouste avant de devenir guérisseuse et infirmière confirmée à l'âge de 24 ans. Elle n'a jamais cessé de s'intéresser à la médecine moldue. Après tout, sa plus tendre enfance -jusqu'à ce qu'elle coupe les ponts- avait été marquée par les récits de ses parents sur telle opération difficile ou telle maladie difficilement curable. Pendant un an, Satine trouva un emploi hors Angleterre, en pleine pampa d'Amérique du Sud. Ça n'a pas été un travail facile. Autant physiquement que mentalement, la jeune infirmière en a gardé des séquelles, dont elle parle rarement.

Nous sommes aujourd'hui à quelques heures de la rentrée à Hogwarts. Satine est excitée, comme la gamine de onze qu'elle était. Sa crinière brune tombe toujours en cascade sur ses épaules, ses bras sont toujours recouverts de petits bracelets, sa peau a toujours ce teint hâlé de soleil. Léo est assis sur le comptoir, la queue élégamment enroulée autour de ses pattes arrières. Il darde sur Satine un regard sévère. Dans quelques jours, sa maîtresse reprendrait le train à la gare de Londres et franchirait les portes de l'immense domaine. Dès qu'elle avait appris que Madame Pomfresh prenait sa retraite, elle avait sauté sur l'occasion. Par chance sa candidature pour le poste d'infirmière guérisseuse à Hogwarts avait été retenue. Le travail ne manquerait pas et peut être rencontrerait-elle un beau professeur. A cette dernière pensée, elle pousse un charmant rire rauque.

Après un dernier regard en arrière, Satine s'assure que tout est en ordre dans son appartement londonien. Léo vient se percher sur sa valise en cuir délavé avec un bon élégant. Une fois sur le pallier elle tourne la clef dans la serrure qui grince. En enfonçant son bonnet sur sa tête et en réajustant son écharpe, elle sort du bâtiment sans se retourner.


Pseudo : Tama
Âge : 19 ans
Personnage sur votre avatar : Mikan Noyamano - Air Gear. Je suis désolée, j'ai décidé de changer pour le personnage de DC Comic Zatanna, dessiné par Adam Hughes.
Double compte : Oui [] Non [V]
(c) Random
Parrainage : Aucun parrain.
Comment avec vous découvert le forum ? Je suis tombée un peu par hasard sur le magnifique forum d'Hatem. En regardant ses partenaires, je me suis retrouvée ici.
Autre chose ? Okay by Aleksander Je suis pas très satisfaite de mon Histoire, mais comme ça commence à faire pas mal de temps que je n'ai pas RP, j'ai du mal à me délier les doigts. Donc j'espère qu'il n'y a pas trop d'incohérences (niveau de l'histoire, perso', univers, etc). Veuala Very Happy


Dernière édition par Satine Darfeuille le Sam 31 Déc - 10:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Choixpeau Magique
Admin
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Satine Darfeuille - Infirmière [Fiche finie]   Ven 30 Déc - 5:39

Bonjour et bienvenu sur Rictusempra. Navré si tu as attendu longtemps, je n'avais pas vu que tu avais terminé ta fiche.

Donc, je te valide avec plaisir; fiche bien écrite, personnage intéressant, une histoire simple mais bien faite et réaliste, je n'ai rien à y redire. J'espère que tu te plairas ici!
Vous pouvez maintenant :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rictusempra.forumactif.fr
 
Satine Darfeuille - Infirmière [Fiche finie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rictusempra :: Administration :: Registre d'Hogwarts :: Élèves reçus / Personnel :: Personnel-
Sauter vers: